Nouveau moteur salarial en phase de test

Salary

Un programme de test pour le nouveau moteur salarial

Le 'moteur salarial', l'outil qui calcule les traitements des agents, sera remplacé dans un proche avenir. Depuis assez longtemps, un projet est en cours pour développer un nouveau moteur salarial et pour l'intégrer dans Scope. Le projet PersoPay est actuellement dans une des dernières phases, la phase dans laquelle différents scénarios sont testés pour voir si le nouveau moteur salarial fait ce qu'on attend de lui.

Nous avons d'abord posé quelques questions au test manager et ensuite à des testeurs.

 

Latifa El Aissaoui est le test manager de PersoPoint. Son rôle consiste à tester les nouvelles applications ou à assurer que les développements soient systématisés et se déroulent de manière qualitative.

Qu'entend-on par le projet de test ?

Le projet de test comprend 2 dimensions :

Tout d'abord, il s'agit de l'implémentation d'un test standard. Des analystes business (BA) sont formés dans le 'testing ISTQB standard' (International Software Testing Qualifications Board).

La deuxième dimension rejoint le projet PersoPay.

Le développement d'un nouveau moteur salarial se trouve dans la dernière phase avant production. Les BA examinent le produit pour acceptation avant la réception.

Cette phase comprend une valorisation importante du rôle de BA. Pour la première fois, des scénarios de test sont rédigés de manière systématique et ensuite testés.

Les BA ont pris connaissance de PersoPay et de la TRH (hiérarchie des exigences de test).

Ils rédigent les scénarios de test en se mettant à la place de l'utilisateur final et en rédigeant chaque étape à suivre.

Les testeurs utilisent ensuite ces scénarios pour vérifier si le système fonctionne selon ce qu'on attend. Les test designers doivent vraiment défier le système.

 

Maintenant que le projet PersoPay se trouve dans la phase d'acceptation, les UAT sont exécutés -  les User Acceptance Tests. S'ils réussissent, le système développé peut être accepté.

Certains BA ont déjà contribué à l'analyse fonctionnelle et savent donc bien ce que le système devrait pouvoir faire.

Comment avez-vous trouvé les personnes pour exécuter les tests ?

Différents responsables de différents services ont établi une liste de personnes qui pouvaient être intéressantes pour les tests. Ainsi, différentes personnes avec des profils différents se sont présentées.

Nous les avons contactées pour expliquer en quoi consiste le projet, ce qu'on attend d'elles en tant que testeurs et ce qu'elles devaient faire.  Un argument important pour attirer les candidats testeurs était qu'ils pouvaient déjà apprendre à connaître le système qu'ils utiliseront par après. A partir de leur propre cadre de référence, les testeurs peuvent donc évaluer si le système répond aux besoins et est acceptable.

Les testeurs doivent être très motivés et pouvoir exécuter les tests avec une grande précision afin de pouvoir examiner le système de manière approfondie.

Une nouvelle présentation sur PersoPay a été donnée récemment à un groupe plus large, avec des explications plus détaillées. A la suite de cette présentation, de nouveaux testeurs se sont présentés.

Nous disposons à présent d'une vingtaine de BA/test designers et de 22 testeurs. Ce dernier groupe ne comprend pas uniquement des gestionnaires de dossier de PersoPoint, mais également des gestionnaires de dossier des SPF Finances et Economie (et 4 consultants externes).

Comment se déroulent les tests à présent ? Y a-t-il déjà des résultats ?

Nous avons commencé la rédaction des scénarios de test en février, tester ces scénarios est encore prévu jusqu'au mois d'octobre, mais ce timing est très serré.

Nous avons déjà rédigé 1 500 scénarios de test, et cela demande beaucoup de temps. Il s'agit en fait d'un emploi à temps plein. PersoPay est complexe et concerne deux systèmes, Scope et le moteur salarial. Les testeurs doivent apprendre à connaître Scope et SAP.

Les premiers résultats sont positifs.

Beaucoup d'erreurs ou de bugs ont déjà été découverts. Ils sont tous enregistrés et seront analysés. Souvent, il ne s'agit pas d'un vrai bug mais d'une imperfection dans l'exécution de la procédure de test ou du scénario.

 Jusqu'à présent, nous avons trouvé une quinzaine de vrais bugs qui sont corrigés auprès de la firme de développement, après quoi les autres scénarios de test pour cette partie seront exécutés.

Lors de l'exécution des tests, il ressort que les testeurs disposant d'une spécialité ou expertise spécifique sont d'une très grande valeur.

Nos testeurs s'y prennent de manière exceptionnelle et progressent vite. Les rédacteurs des scénarios de test ne peuvent presque pas suivre ou, ce qui est plus exact, les devancer. Nous sommes encore très occupés à rédiger les scénarios de test pour les parties qui doivent encore être abordées.

Les BA disposant d'expertise spécialiste ont été formés pour apprendre également d'autres expertises et comprendre les processus qui se déroulent dans les systèmes.

 

Les testeurs sont motivés, mais avaient à la fois un peu peur des nouveaux systèmes, aussi parce qu'ils ne disposent pas de véritables connaissances en IT (ce qui n'était pas requis par ailleurs). L'aisance avec laquelle le système est utilisé depuis quelques semaines et les tests sont exécutés maintenant, indique déjà que les utilisateurs ultérieurs seront également en mesure de faire le pas facilement.

Les testeurs sont en tout cas déjà capables d'apprendre à utiliser de nouveaux outils et de s'y familiariser facilement.

 

Début 2018, il n'y avait encore presque rien et à présent des tests sont créés et suivis selon un système standardisé.

La parole aux testeurs

Nous avons également noté les expériences de deux testeurs. Héloise Bouvier travaille au service du personnel du SPF Economie (ce SPF a déjà rejoint PersoPoint pour l'administration des salaires et des traitements). Gunter Diependaal fait partie des gestionnaires de dossier de l'administration salariale du SPF Finances.

Comment avez-vous rejoint l'équipe des testeurs ?

Lorsqu'on a posé la question au sein du service de Gunter de savoir qui s'intéressait à participer au projet de test concernant le nouveau moteur salarial, il s'est porté candidat. Gunter s'est toujours intéressé à apprendre de nouvelles choses et ce projet est complètement neuf.

Un jour de formation éclair pour apprendre à connaître la base de Scope n'est cependant pas assez, trouve-t-il. Il ne faut pas de connaissances approfondies pour exécuter les tests, mais cela pourrait aider à tout comprendre.

 

Héloise a été désignée dans son service par le directeur. Il a trouvé qu'elle était la personne indiquée pour participer aux tests. Elle utilise Scope depuis quelques années au sein de la cellule RH locale du SPF Economie. Elle y soutient les collaborateurs dans l'utilisation de Scope. Elle sait également comment se composent les traitements et en participant au projet de test, elle a l'opportunité d'obtenir une idée globale plus large de l'administration du personnel et des salaires.

 

Héloise et Gunter pensent également que leur participation aux tests résultera en un avantage lors de l'implémentation effective du nouveau moteur salarial.

Comment se déroulent les tests ?

Au début de la période de test, nous avons reçu un cours éclair en Scope et SAP (le programme du nouveau moteur salarial) et les informations nécessaires sur les procédures de test et comment il faut tout enregistrer (loguer) dans l'application JIRA.

Les BA ont rédigé toute une série de scénarios que nous parcourrons chacun étape par étape dans le système. Lorsque le scénario n'est pas complet ou lorsque nous ne l'avons pas suivi complètement, les données ne seront pas transférées de Scope à SAP.

La plupart des scénarios parcourent 3 étapes : Scope (input de données) - Bolton (transfert) - SAP (calcul traitement)

Tous les scénarios sont dans un système de suivi (Squash) où les scénarios sont également attribués aux testeurs. Tous les bugs et erreurs sont enregistrés et nous recevons du feed-back des personnes qui les contrôlent et résolvent. Ensuite, nous faisons les tests de nouveau.

 

Il est très positif que ce système soit testé de manière si approfondie, c'est très professionnel. Les scénarios sont bien rédigés et il est intéressant d'obtenir une idée d'une carrière complète de cette manière. On peut également compter sur un bon appui. Lorsque quelque chose n'est pas correct ou clair dans le scénario, on peut toujours s'adresser à l'auteur pour des précisions. Au cours des tests, il y a également toujours un gestionnaire de dossier pour l'appui de connaissances et quelqu'un pour fournir un appui technique éventuel.

 

Il est également question d'une évolution dans les scénarios de test. On commence par les scénarios sur l'administration de base qui résultent en un calcul de base du traitement. Après suivent les scénarios qui comprennent des éléments et des événements (absences) qui influencent le calcul du traitement et finalement les scénarios avec des éléments après le paiement.

Comment savez-vous que le test est en ordre ?

Si nous avons parcouru toutes les étapes du scénario sans problèmes, un résultat défini doit être affiché à l'écran. Le résultat attendu est décrit à la fin du scénario. Si le résultat ne correspond pas à ce qui a été décrit, nous devons enregistrer une erreur. Ces erreurs sont transmises au fournisseur du programme pour être corrigées et ensuite le scénario est testé de nouveau.

Entre-temps, après quatre semaines, nous avons déjà réalisé 2 000 tests. Environ 5 testeurs sont actifs par jour et nous sommes un peu plus de 20 personnes au total. Latifa ou Dirk de Bruijne (Solution Architect/SAP expert) attribue différents scénarios à chaque testeur. Ils donnent également du support à l’équipe des testeurs.

Les tests constituent du travail supplémentaire qui s'ajoute à notre travail habituel. Mais comme nous l'avons signalé, cela résultera probablement en un avantage plus tard.

 

La suite ?

Les tests continuent jusqu'au mois d’octobre. Après les scénarios concernant l'administration de base, nous abordons les modules de paiement, avec des scénarios de test où des absences impactent les calculs du traitement.

 

Merci.

Nous tenons à remercier tous les testeurs au nom de la direction du projet et de PersoPoint pour leur engagement et feed-back. Ils constituent un maillon très important pour que le projet PersoPay devienne un succès.